Startup

EXPO_17.0 : un mouvement qui sort de l’ordinaire

Une entité qui paraît fonctionner dans l’ombre. Un nom qui parfois intrigue. Qui se cache derrière ce pseudonyme ? Qui sont-ils ? On ne saurait facilement répondre à cette question mais de par les activités dont ils sont d’habitude partie prenante, on peut deviner qu’ils s’intéressent à l’art. Ils ont participé à l’organisation du Graffiti Wall Shooting, réalisé par Street Art au Féminin et Vicky Onélien. Alors nous en avons profité pour entretenir une source qui serait un membre de l’équipe et soulever quelques détails importants qui entourent les activités qu’ils entreprennent et surtout leurs objectifs en tant que jeune structure. L’interview est réalisé avec un individu. Puisqu’il a exigé l’anonymat, nous le désignons par EXPO_17.0.

RKTL : Est-ce tout simplement un nom, une marque ou une entité quelconque ? Parlez-nous de vous, vous faites quoi ?

EXPO_17.0 : Nous sommes à la base un mouvement qui a vu le jour en 2019, pendant la période du pays lock, où tout le monde était forcé à rester à la maison. À l’époque, nous avions un sentiment d’impuissance, ne pouvant nous exprimer dans la vie politique. De ce sentiment d’impuissance est né EXPO_17.0, un mouvement qui fait de l’art sa principale arme de combat. Nous ne voulions surtout pas créer quelque chose d’ordinaire. C’est en ce sens que, avant d’être quoique ce soit d’autre EXPO_17.0 est un mouvement.

RTKL : Pourquoi un nom pareil ?

EXPO_17.0 : Avant on voulait juste organisé des activités à buts lucratifs mais après les événements de 2019 nous avons décidé une réorientation mais puisque on s’affichait avec des expositions on a raccourci le terme qui devient EXPO, ensuite on y a ajouté en complément 17.0 pour faire un clin d’oeil à la folie, la fougue de la jeunesse puisque vous la savez chez nous à partir de 18 ans on est majeur, on est vieux mais aussi pour dire que l’on vient avec un concept et une énergie nouvelle. On est une version 17.0.

RKTL : Vous parlez de vous faire entendre par la promotion de l’art. Or l’art assez vaste, est-ce que vous croyez vraiment pouvoir couvrir tous les champs ?

EXPO_17.0 : Pour l’instant, l’art visuel constitue notre principal champ d’activité car nous avons compris assez vite que vouloir tout toucher ne serait pas bénéfique et nous passerions à côté de l’impact que nous aurions voulu faire. Cela aurait nui à notre cause et surtout à notre plus grand objectif qui est de mieux vendre des jeunes talents.

RKTL : Les principales difficultés auxquelles vous avez dû faire face.

EXPO_17.0 : Toute l’équipe sera d’accord pour dire que nous n’avons pas vraiment eu d’obstacle, les seules difficultés que nous avons rencontré nous étaient bénéfiques au final, dans la mesure où cela nous a permis de déboucher sur mieux.

RKTL : Vous êtes combien à EXPO_17.0 ?

EXPO_17.0 : D’abord, nous ne sommes pas beaucoup dans l’équipe et nous essayons de rester le plus que possible dans l’anonymat. Ce que je peux vous dire c’est que, dépendamment de l’ampleur de l’activité que nous organisons, nous sollicitons le support d’autres personnes qui nous sont proches. Nous sommes aussi restreints pour éviter les membres superflus qui sont là mais qui ne font rien. S’il faudra élargir le cercle, au nécessaire cela se fera, mais pour l’instant nous agissons sur un système de partenariat qui marche assez bien.

RKTL : Depuis votre création, combien d’activité avez-vous déjà réalisé ?

EXPO_17.0 : Nous avons réalisé, entre autres, une exposition au Café Tap-Tap avec plusieurs jeunes artistes et des partenaires comme HART’S etc. Ensuite nous avons organisé une activité musical sous un format assez spécial en invitant au lieu des chanteurs, ceux que nous pouvons considérer comme des éminences grises de l’art musical : Beat makers, instrumentistes et producteurs. Cette dernière a été réussie niveau qualité mais nous avons espéré une plus grande participation du public. Nous avons ensuite participé au lancement du projet Street Art au Féminin. Il y a également le projet Stay ART Home auquel nous avons pris part, Nous avons collaboré avec le DAE de l’université Quisqueya pour une exposition et travaillé pour un événement de levée de Fond pour les jeunes en situation difficile à Bel Air. Et avec l’appel de Street art au Féminin, résulte l’activité d’aujourd’hui. En gros, nous offrons à nos partenaires l’expérience et la connaissance nécessaires pour surtout plus de visibilité et nous en retour nous gagnons davantage en expérience et en visibilité également.

RKTL : Des perspectives pour l’avenir ?

EXPO_17.0 : L’un de nos principaux soucis c’est le fait qu’il n’y a pas vraiment de retombées économiques après les évènements que nous organisons. Donc nous nous penchons pour l’instant sur un projet de vente/expo qui sera rentable pour les artistes. Nous voulons également augmenter le nombre de nos collaborations pour présenter plus d’activités et plus de diversité. Nous comptons également créer un hub artistique parce ce que nous voulons c’est d’abord faire avancer l’art au sein de notre société.

Maycol Joseph

Originaire des Gonaïves, est un passionné de la vie, prévenant et franc ...
Bouton retour en haut de la page