Santé

Il n’y a pas de violence anodine : sautez pendant qu’il est temps !

Assez souvent, il arrive que, pour une raison ou pour une autre, certaines personnes paraissent accepter volontiers de subir le calvaire que leur inflige un tiers. Un comportement masochiste qui proviendrait d’une certaine adaptation développée au fil du temps, à force d’encaisser. De là se creuse graduellement un puits duquel il est difficile voire quasiment impossible de sortir. Il s’agit du syndrome de la grenouille cuite.

Il est courant de subir le syndrome de la grenouille cuite. Surtout dans les relations de couple ; au travail ; dans la famille. Il traduit notre incapacité à réagir face à une maltraitance subtile. Rektili vous explique.

Tout d’abord, la fameuse fable de la grenouille cuite a été expliquée par Olivier Clerc, un écrivain et philosophe français. La fable se base sur une loi physique qui stipule que : « Si la vitesse de réchauffement de l’eau est de moins de 0.02°C/minute, la grenouille ne bouge pas et finit par mourir à la fin de la cuisson. À une vitesse plus grande, la grenouille s’échappe en sautant. »

Qu’est ce qui se passe?

Lorsque nous mettons une grenouille dans un récipient d’eau et que nous le chauffons petit à petit, la grenouille ajustera sa température corporelle graduellement. Pourtant, une fois que l’eau commence à bouillir la grenouille ne peut plus ajuster sa température. Essayant de sauter, malheureusement, elle n’arrive pas. Car, elle a passé tout son temps à s’adapter, à s’ajuster systématiquement à la température. Donc, elle n’a plus l’énergie nécessaire pour sauter et s’échapper. La grenouille finit par mourir cuite, en tolérant la montée de la température.

Lire aussi >>> Nan kesyon vyolans, yon sèl fwa gentan twòp

De même pour nous

Le syndrome de la grenouille cuite fait référence au comportement affiché face à une maltraitance subtile. Nous la supportons jusqu’à ce que nous réalisons qu’il est trop tard. Nous en sortons complètement « calcinés ». Nous dépensons toute notre énergie à nous adapter aux circonstances et quand arrive le moment critique, nous n’avons plus la force de nous en sortir. Parfois, c’est un patron, un partenaire, une personne que nous croyions être notre meilleur ami. Nous passons tout notre temps à plaire en épuisant nos forces et nos capacités jusqu’au moment où nous voyons qu’il ne s’agit pas du tout d’une relation saine. Malheureusement nous avons dépensé toute notre énergie à nous adapter. Quand l’heure est venue, nous ne pouvons que constater les dégâts.

Parfois, nous nous mettons graduellement dans ce cercle vicieux qui nous détériore mentalement et émotionnellement au point de nous laisser sans force. Nous nous trouvons dans une situation nous faisant penser que tout va bien. Malheureusement, le processus est trop lent pour nous alerter, il échappe à la conscience. Il prend le contrôle de notre vie, petit à petit, de manière subtile. À la fin, nous nous retrouvons coincés comme la grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite.

N’oubliez jamais la fable de la grenouille. Gardez toujours l’esprit ouvert. Ne vous tuez pas dans une souffrance qui peut être évitée ou stoppée à temps.

Sautez ! Il est temps !

2 commentaires

Bouton retour en haut de la page