Société

La jeunesse et la prudence politique

L’analyse politique représente, de part son élaboration, un des pourparlers de raison et de sérénité ; c’est-à-dire, un exercice d’objectivité où l’arbitre principal est ce style argumentaire arrosé de compréhension, d’intégrité et de valeurs humaines.

Ces éléments sont, de toute manière, les devenirs divers qui s’unissent afin de planifier le rôle de l’homme dans la vie politique et sociale d’un pays. Les valeurs humaines sont, pour l’éthique politique, les pompiers spécialisés qui évitent les douleurs profondes, les pleurs populaires et les émotions nocives qui pourraient noyer les départs sociaux bien habillés.

De ce fait, il peut avoir un défilé de maux sanglants aux alentours d’une société en crise d’éthique… Là où l’éthique est absente, la morale ne vivra pas. L’éthique juge les actes en fonction de la morale, en effet, il est toujours important l’évolution d’une proportionnalité saine et responsable entre l’acte de bonne conduite et le sujet social dans l’exercice de sa réflexion qui prône le bien-agir. Voilà, en quelques sortes, le travail interrogatif ou l’interrogatoire de l’éthique afin d’orienter les actions humaines sur les principes moraux et comment agir conformément à ceux-ci.

Alors, il n’existe pas de morale politique sans la prudence et, il faut signaler que la politique est une science qui se base (ou qui devrait se baser) sur la compréhension des faits, l’engagement de la gestion méthodique des éventuelles conséquences des choses que le hasard de la nature offre au destin d’un pays et/ou d’une société. En d’autres termes, la politique est la science qui doit – dans sa vision – contrôler la société dans l’exactitude et la rigueur pour une fonction digne de son laboratoire de normes, de principes et de lois.

La prudence, ainsi, constitue l’essence même de l’action politique, c’est une vertu intellectuelle qui n’indique ni le purisme des choses, ni la pure force des attributions… c’est un exercice habile qui se déroule en projection et en prévention. Tout mouvement prudent est curieusement en apprentissage, fameusement juste et courageusement stable. Il y a, en tout cas, l’effet du calcul pour acquérir l’expérience ou pour une délibération suffisante des objectifs et des lumières citoyennes mixées entre efficacité et jugement.

Cependant, si l’ignorance est présente, la prudence n’y peut rien. Et voilà pourquoi l’art politique doit être un symbole dynamique de leçons et de corrections. Et pourtant, l’être ignorant, peu importe sa morphologie il est aussi prudent. Et sa prudence prône la témérité, l’égoïsme et la folie des émotions ambulantes, c’est un être qui vit en parfaite surveillance afin d’éviter la naissance d’un être égal tel qu’il est.

La politique ne peut pas se défaire de la prudence et le politique doit connaître le détail des affaires, et il doit être un habile défenseur de la politique – la politique est l’affaire des personnes élégantes – le politique doit, pour le bonheur collectif et individuel, comprendre que la contemplation spéculative tue au premier degré d’incompétence tout devenir social. Toutefois, l’élégance est l’affaire de toutes personnes : hélas, ce principe n’est pas, en effet, vice-versa.

Maintenant, il est stratégiquement important de comprendre l’art politique et l’habileté politique. Si le premier est un jeu dans l’ordre des préventions, le second est une question de temps propice. Seulement de cette manière l’homme politique – prudent – peut réduire la probabilité d’échec quand il expose son être en discours et en promesses d’un mieux être partagé.

Alors, de la politique à la jeunesse est, peut-être, cette connexion qui veut prolonger la vie en beauté plurielle. Mais, il faut être en condition de juger la beauté au delà du relativisme et du sens commun. Ici, ce n’est pas la stratégie du fouguisme et de son règne tout-nouveau. C’est un appel à l’implication qui exige la raison et la compréhension dimensionnelle des étapes en progression se basant sur un modèle propre et cohérent. Autrement dit, la jeunesse dans sa prudence doit juger ses erreurs et écouter l’élégance des critiques. C’est un exercice qui vise l’augmentation de la survie des individus, et cette survie est, par authenticité, une évolution plus générale de la démocratie.

Si la jeunesse veut être prudente qu’elle s’organise en toute éthique afin de profiter de l’exactitude du temps et de son propre mouvement politique, elle doit examiner chaque mouvement des journées ténébreuses pour être la lumière unique et dynamique.


Céïde Alexis Joanel Kaki

Bouton retour en haut de la page