InterviewLittérature

L’écriture comme arme de combat. Interview avec Ridjee Delva, auteur de « Sous la jupe »

Sous la jupe raconte l’histoire d’Amaya, une orpheline dont l’enfance a été des plus difficiles. Elle avait du mal à se faire accepter à cause de son caractère jugé trop rebelle, pour une fille. Elle sera plus tard victime d’un viol et malgré tout condamnée par la société à cause de la jupe jugée trop courte qu’elle portait ce soir-là. Ridjee M. R. Delva, jeune auteur et étudiant en Relations Internationales qui croit en une nouvelle Haïti, affirme que cette nouvelle génération a beaucoup à offrir et que pour cela, il faut qu’elle s’investisse aux bonnes œuvres et apprenne à ne pas commettre les erreurs des ainés. Le jeune auteur, qui signe son premier roman, veut, au moyen de sa plume, défendre des valeurs positives. Pour Ridjee Delva, la victime ne saurait être coupable.

RKTL : D’où vous est venue cette envie d’écrire ?

Ridjee Delva : Je ne saurais donner une réponse formelle. Je dirais que tout m’est venu naturellement et aussi que ça m’a pris des années à nourrir cette passion, mais petit à petit écrire devient une nécessité pour moi car j’écris ce que je ressens et ce qui mérite d’être dit.

RKTL : Écrire votre premier roman ; vous le vivez comment ?

RD : Pour moi l’expérience ne fait que commencer et ça me fait plaisir que les jeunes se manifestent autant pour mon œuvre qui, je pense, a beaucoup à offrir à cette jeunesse et à toute la société haïtienne. Je sens que le message commence à se faire entendre et je suis motivé pour la suite afin de toujours avoir une influence positive sur mes lecteurs.

RKTL : Que raconte « Sous la jupe » ?

RD : Sous la jupe est l’histoire d’une jeune orpheline qui a eu une enfance difficile et qui avait du mal à se faire accepter par la société à cause de son caractère jugé rebelle. Elle sera plus tard victime de viol et condamné par la société à cause de la jupe trop courte qu’elle portait ce soir.

RTKL : Vous vous considérez féministe ?

RD : Oui, je suis féministe !

RKTL : Donc c’est un peu pour ça, « Sous la jupe » ?

RD : Oui, puisque « Sous la jupe » c’est juste pour prendre à contrepied tous les stéréotypes de notre société qui veulent toujours ramener la femme à un simple objet sexuel. Sous la jupe c’est pour dire que sous la jupe d’une femme, il n’y a pas une machine à sexe mais plutôt, une femme. Sous la jupe aussi c’est pour mettre l’accent sur la tenue, pour dire clairement qu’une femme victime de viol n’a pas à être jugée pour sa tenue.

RKTL : Vous pensez vraiment que sous la jupe fera avancer la cause féministe en Haïti ?

RD : Bien sûr, parce que j’ai fait de mon mieux pour que le message soit le plus clair que possible. Je vais aussi m’engager afin d’accompagner mes lecteurs pour bien assimiler le message pour qu’il puisse produire les effets souhaités. Je pense que ce livre permettra aux Haïtiens surtout aux jeunes d’aborder autrement les causes nobles du féminisme.

RKTL : Vous engager… comment ?

RD : À travers les différentes activités que ma maison d’édition et moi prendrons part. Nous allons organiser des activités de sensibilisation, des conférences. Ce sera toute une campagne pour dire que la victime ne peut pas être coupable et que les vrais coupables doivent être dénoncés.

RKTL : « Sous la jupe » ne va pas se contenter des ventes-signatures. Alors, il y aura un après sous la jupe ?


RD : Je ne dirais pas qu’il y aura un après « Sous la jupe ». « Sous la jupe », depuis le jour de sa grande première à Quisqueya restera un message clair et un appel contre la violence et les agressions sexuelles (que subissent les femmes, ndlr). Alors, « Sous la jupe » fera juste son chemin qui certes sera longue mais « Sous la jupe » s’engage.

RKTL : Vous conseilleriez cet ouvrage à qui ?

RD : À tout le monde, mais surtout aux jeunes, pour qu’ils commencent à penser autrement lorsqu’il s’agit de femme.

RKTL : Vous avez d’autres projets en ce qui a trait à l’écriture ?

RD : C’est sûr que l’aventure va continuer. En ce moment, je travaille avec d’autres jeunes auteurs sur des recueils de nouvelles. À titre individuel, je travaille déjà depuis quelques semaines sur un prochain roman que je pense présenter au grand public peut-être à la fin de l’année, et je pense conquérir à nouveau le cœur de la jeunesse avec un sujet intéressant et engagé tout comme « Sous la jupe ». Après, pour le futur j’espère toujours produire des œuvres importantes mais je veux ne pas m’écarter de mon identité de toujours écrire avec le cœur. L’avenir nous dira le reste.

RKTL : Un dernier mot ?

RD : La victime n’est pas coupable !

Maycol Joseph

Originaire des Gonaïves, est un passionné de la vie, prévenant et franc ...
Bouton retour en haut de la page