Littérature

Niklovens Fransaint : un poète hors-norme

Niklovens Fransaint est un jeune poète Haïtien dont le parcours rime poésie et récompenses. Ce dernier, né à l’Estère, a grandi aux Gonaïves où il a fait des études classiques au Collège La Sainte Famille et au Collège Faustin 1er. Il est ensuite rentré à Port-au-Prince, pour des études en Sciences de l’éducation à l’Université INUKA. Maintenant, il vit à Paris où il mélange mots et vers dans un style de poésie qui ne reconnaît aucune loi.

Esprit brillant, mordu de lecture, d’écriture et surtout de poésie, Niklovens n’avait pas tardé à faire réverbérer les accouchements de ses inspirations et de sa plume. Il remporte dès 2017 le troisième prix du Palmarès des établissements de l’étranger, Niveau Terminal et le Prix spécial Dis-moi dix mots du fameux concours, Poésie en Liberté.

Dans le cadre du concours organisé par Euro Media Communication, le Prix International de Poésie Mathia Eckhard, le jeune poète obtient en 2018, le Premier Prix « Université », ex-aequo avec le camerounais Awouafack Daquin Cédric et à la fin de la même année, il a été classé Premier ex-aequo, dans la catégorie correspondant au Prix Léopold Sédar Senghor, avec le poète français Guy Vielfault, décerné par Africa Solidarité.

En 2019, à Poésie en liberté, il se fait une fois de plus remarquer par son ingénieux talent. En effet, il était l’heureux gagnant du Premier prix du Palmarès des établissements de l’étranger « Étudiants » du concours avec son poème intitulé « Elle, Dun Effleurement, Je » où il dévoile une poésie anarchique que nous vous invitons à découvrir (en gras).

Une poésie anarchique

Une définition un tantinet trop libre du mot liberté renvoie souvent à l’anarchie, et cette dernière prend un sens plus léger lorsqu’il est question de pleine jouissance de sa liberté. En gros, une totale liberté serait l’anarchie ? Trêve de philosophie. Le texte que vous allez lire peut de prime abord vous paraître mal organisé, désordonné, laid, informe. La faute à qui ? À votre cerveau, bien sûr… la poésie, ça se lit avec le cœur.

Dans le texte, « Elle, dun Effleurement, Je », tout porte à croire que l’auteur est amoureux… d’ailleurs il le dit, il « amour éperdument » une fille, pour vous en donner une idée. Niklovens y agence les mots dans une combinaison qui nous est jusque là étrangère, un style fluide où chaque mot en lui-même représente un vers, une rime, une poésie, où chaque strophe un amour, une histoire… sa lecture peut vous être choquante voire enivrante, mais au fond ce sera une lecture, ma foi, qui aura valu la peine d’être vécue… et ceci n’est pas un jeu de mots. Avec « Elle, dun Effleurement, Je », Niklovens Fransaint s’est dressé en poète atypique. Son style et sa poésie, originaux à bien des égards, sont connus de presque tout le monde francophone.

Modeste dans ses manières, Niklovens Fransaint est un épicurien timide dont on ne soupçonnerait pas le goût de la fête, des filles et de l’alcool. Il faudra l’approcher de très près pour découvrir ses talents d’humoriste, sa vision un peu libérale des choses, sa philosophie laxiste, son refus ostentatoire des règles… tant il est discret et réservé. Et sa poésie, il la veut libre. Plus que libre. Anarchique. Il préfère de loin l’anarchie à la liberté.

(Re)découvrez son texte : « Elle, Dun Effleurement, Je »


Cette fille, dans un square,
Alors qu’il se jour à peine, m’effleurement.

Elle me coup-de-cœur, je la coup d’œil.

Je l’admiration si fort, elle m’ ignorance.
Je me visionnement souvent avec elle dans le square.
Je la rire et la virée. On se promenade
Elle me parole des confidences
Et me babillage quelques fois.
On se félicité et se bras dans les bras.
On se tout à coup et s’ ardemment de se bouche.

Les banquettes se froids.

L’hiver se rut avec le feuillage, saignement le temps
De son ennui de vestiges de jours solitaires.
Il soleil faiblement sur les fleurs.
Les esprits des feuilles se lumières :
Des pyrex éblouissants.

Et puis, et puis il se soir, on se portable,
On se clavardage, on se passion,
On se « pourquoi … » et se « parce que … »

Hier encore, j’ effleurement cette fille.
Des pigeons se solitudes près d’une flaque de souvenirs.
Elle s’étalement en moi comme une ombre, un secret.
On se fonte d’esprit et d’âme.

Et puis, et puis depuis je vie avec elle,
Cet instant, cette sensation
Qui se tâches sur ma peau,

Son monde dans mon monde.


Niklovens est aujourd’hui membre du Cénacle des treize, une école qui regroupe des artistes de l’Amérique du Sud et des Caraïbes. Ils travaillent en ce moment sur une revue « DÉBRIDÉ » dont le premier numéro paraîtra très bientôt sous un thème plutôt chaud : « fièvre ».

Article réalisé en collaboration avec Mike Préval

Marc Djely Jean

Marc Djely Jean est un musicien, photographe, graphiste et humoriste. Étudiant en Com. Soc. à l'université Inuka, ce jeune homme aux talents multiples est aussi un grand ami de la lecture et de l'écriture ; ainsi il confie à sa voix et à sa plume la tâche de déshabiller ses idées et sa vision du monde.
Bouton retour en haut de la page